(Aller à l'accueil)

Vous êtes dans : Observatoire départemental de la protection de l'enfance > Les ressources > Etudes en Finistère

Etudes en Finistère

Si les données chiffrées constituent un socle fondamental à tout observatoire, elles ne permettent en aucun cas de saisir l’ensemble des problématiques. L’analyse des phénomènes qui traversent la protection de l’enfance passe donc également par la réalisation d’études. Deux types de productions coexistent ici :

  • d’une part, les travaux de recherche élaborés sur la base d’une démarche scientifique de recherche (sociologie, histoire, économie…)
  • d’autre part, les études plus courtes et simples réalisées notamment dans le cadre de stages qui peuvent tout à fait éclairer de façon très pragmatique un sujet intéressant.

Il s'agit, dans tous les cas d'éléments qui mettent en lumière des problématiques sur le Finistère. Les travaux nationaux sont en effet déjà recensés par l'Observatoire national de la protection de l'enfance et accessibles sur son site internet ( www.onpe.gouv.fr )

L'accompagnement à la parentalité en questions. Analyse des pratiques professionnelles: l'exemple du placement éducatif à domicile

L'objet de cette étude est la parentalité. La réflexion débute sur le contexte et l'évolution de la protection de l'enfance. Outre le contexte et l'évolution de la protection de l'enfance, le Placement Educatif A Domicile (PEAD) et l'accompagnement qu'il suppose sont ainsi au centre de cette recherche. Comment les parents qui bénéficient d'une mesure de PEAD pour leurs enfants sont soutenus dans leur fonction parentale et sur quoi s'appuient les interventions des professionnels? La première partie du mémoire identifie et prend en compte les constats de terrain et la seconde fait apparaître les résultats de ce travail de recherche.

D'un écrit sur les familles à un écrit avec les familles, en protection de l'enfance? Exemple avec le Projet pour l'Enfant au Conseil général du Finistère

La participation des familles est souvent liée à l'affirmation: l'usager doit être acteur de son projet. C'est un concept qui émerge dans l'action sociale et notamment dans le domaine de la protection de l'enfance. On peut supposer que la finalité est d'envisager une ère de démocratie constructive, à savoir produire ensemble du commun. La loi du 5 mars 2007, impose aux Départements, "chefs de file " de a protection de l'enfance, la mise en œuvre d'un instrument co-construit: le Projet Pour l'enfant. Toutefois, cette coopération attendue ne va pas de soi dans un contexte sociale en pleine évolution tant au niveau des usagers que des institutions. En s'appuyant sur cet instrument, il s'agit de comprendre les effets de la production d'un écrit commun rédigé par les enfants, leurs parents et les intervenants du social. Cette étude a pour objectif d'analyser la dynamique de construction qui permet l'élaboration collective. Sommes-nous prêts à sortir de la relation d'assistance pour se rencontrer et élaborer autour d'une relation de co-construction?

 

 

Thèse de Doctorat en Médecine. "La place du séjour de rupture dans la prise en charge du trouble des conduites à l'adolescence"

 

(...)La pratique pédopsychiatrique est une discipline dont les savoirs et les savoir-faire portent sur une connaissance du monde psychique interne du sujet. La prise en compte de la réalité externe du sujet dans sa dimension sociale, éducative et familiale nous permet non seulement une meilleure compréhension du sujet mais permet également une prise en charge du sujet plus adaptée à ses besoins. C’est dans cette perspective que se développent les prises en charge en réseau, interdisciplinaires. Le pédopsychiatre est alors sollicité pour penser l’orientation des différentes prises en charge éducatives et sociales en fonction de la psychopathologie de l’adolescent.

Cette demande d’expertise du pédopsychiatre concernant des orientations éducatives, parfois mal identifiées, nous a interpellée lors de notre expérience clinique dans les services de pédopsychiatrie. C’est une de ces approches éducatives, le séjour de rupture (SDR), qui a retenue notre attention. Le séjour de rupture est en effet régulièrement évoqué lors de synthèses avec nos partenaires socioéducatifs lorsque nous tentons de penser un projet d’accompagnement pour des adolescents atypiques, définis comme « incasables » ou « difficiles ». Cette approche éducative est mal connue des professionnels du champ médical et peu théorisée. Dans la diversité des formules proposées, les séjours de rupture existent depuis une trentaine d’année et répondent à la définition de « l’innovation sociale » définie par Pierre TAP 1 « quand un groupe ou un individu prend en charge un besoin social n'ayant pas encore trouvé de réponse acceptable ou efficace ».

Notre questionnement a été élaboré à partir des interrogations concernant cette pratique éducative : quels sont les différents modes de prises en charge proposés dans ce cadre là, quelles sont les particularités cliniques présentées par les adolescents pouvant en bénéficier ? Il nous semblait en effet essentiel d’identifier les spécificités et le mode d’action des SDR afin de déterminer quelle place cette approche éducative peut avoir dans la prise en charge des adolescents présentant un trouble des conduites à l’adolescence. (…)

L'action Educative en Milieu Ouvert (AEMO). Comprendre les places prises par les acteurs familiaux et professionnels dans l'élaboration des projets d'accompagnement

Recherche réalisée par Emilie POTIN sous la direction scientifique de Annick MADEC et Alain PEVEN, financée par le Conseil général du Finistère et la Mission de recherche Droit et Justice: www.gip-recherche-justice.fr ; avec le soutien du DEMOS-ADSEA 29.

Jusqu’à la loi du 5 mars 2007 réformant la Protection de l’enfance, la Justice intervenait au nom du danger (1) pour l’enfant alors que l’intervention administrative concernait les enfants en risque de danger. Ces mandats ont évolué et aujourd’hui l’intervention judiciaire, en plus de la caractérisation du danger pour l’enfant, est soumise à certaines conditions et devient, dans les textes, l’exception après l’expertise administrative (2). La distinction entre ces deux types de prises en charge réside dans l’acceptation par la famille de la mesure. Les situations bénéficiant de mesures judiciaires pourraient donc être perçues comme plus difficiles et/ou les acteurs familiaux comme moins coopérants. Dès lors, on peut s’interroger sur les nouvelles dispositions (2002-2 et 2007-308) concernant la participation des usagers dans le champ de l’action sociale en général et de la Protection de l’enfance en particulier.

Cette recherche montre combien les pratiques de l’AEMO confirment le passage d’une logique d’intervention à une logique d’accompagnement (Astier, 2007) qui cherche à responsabiliser (Soulet, 2005) les acteurs familiaux dans leurs rôles respectifs à partir d’une dynamique qui va d’une décision négociée (Milburn, 2004) à un engagement dans la mesure.

 

Les freins à l'accès aux droits des parents et des enfants dans le système de la protection de l'enfance

 

« Les freins à l’accès aux droits des parents et des enfants dans le système de la protection de l’enfance » : Il s’agit ici d’une synthèse ayant pour objectif de décrypter à travers les différents ouvrages, ce qui peut dissuader les personnes à solliciter de l’aide et à faire valoir leurs droits, pour mieux comprendre les freins et ainsi se donner les moyens de pouvoir les contourner.

Pour parvenir à un tel objectif, il a fallu examiner dans un premier temps quels types de droits étaient reconnus aux usagers du système de la protection de l’enfance, pour par la suite savoir si ces droits étaient réellement effectifs.

Cette synthèse révèle à quel point la question du droit en protection de l’enfance est indissociable de la question plus large de la reconnaissance des usagers et de la place qui leurs est faite dans le système de la protection de l’enfance…

La place des services publics dans les ressources mobilisées par les parents en cas de difficultés éducatives

L’enquête réalisée par une équipe de l’ARS/UBO sur le recours des parents finistériens aux services publics en cas de difficultés éducatives prend sens dans le cadre de la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance, qui redéfinit et élargit le périmètre de la notion. Son champ ne se limite pas à l’enfance en danger mais concerne toutes les dimensions de la politique locale de l’enfance au plan éducatif, social, sanitaire, culturel… Son but est autant de prévenir les difficultés éducatives que d’accompagner les parents qui s’y confrontent et en cas de besoin, de prendre en charge les mineurs ou les jeunes majeurs en difficulté.

Les objectifs poursuivis dans le cadre de cette étude étaient les suivants :

-         cerner les situations et expériences vécues par les parents finistériens comme difficiles dans l’éducation de leurs enfants ;

-         chercher à évaluer la connaissance qu’ont les parents finistériens dans leur ensemble des différentes formes d’aide à la parentalité qui peuvent leur être proposées en cas de difficultés éducatives

-         identifier les représentations qu’ils ont de ces services, dès lors qu’ils en ont une connaissance, même approximative ;

-         mieux connaître les familles bénéficiant d’un accompagnement en protection de l’enfance ou d’un soutien à la parentalité ;

-         en confrontant ces représentations de la population globale des parents finistériens,  l’expérience du groupe plus limité des parents « aidés » et celle des professionnels et autres acteurs du secteur de la protection de l’enfance, identifier les facteurs freinant ou au contraire favorisant la demande d’aide en cas de difficultés éducatives afin d’aider à déterminer les actions susceptibles d’améliorer l’accessibilité aux services.

 L’enquête  qui  s’est déroulée en deux étapes par le biais d’un questionnaire dans un premier temps, puis par une campagne d’entretiens dans un second,. s’est centrée sur des parents bénéficiaires d’un soutien à la parentalité ou d’une mesure en protection de l’enfance. Entre ces deux étapes ont pris place des réunions avec des professionnels partenaires du Conseil général dans le cadre de l’élaboration du schéma départemental enfance-famille-jeunesse. Ces réunions ont permis de mettre en regard la parole recueillie auprès des parents et les pratiques mises en œuvre par les professionnels ainsi que le sens qu’ils leur attribuent, et ce faisant, d’enrichir l’interprétation du matériau collecté et d’ouvrir des pistes de réflexion.

Comment intervenir auprès des familles en difficulté et pourtant sans demande?

 

Les professionnels sont de plus en plus souvent amenés à rencontrer les familles qui ne demandent rien ou qui perçoivent l'aide comme une intrusion de leur espace privé, voire comme une violence...

Intervenir auprès des familles qui ne souhaitent pas leur présence alors qu'ils sont là pour les aider plonge les professionnels en plein paradoxe. La tâche n'est pas facile. L'aide peut-elle être contrainte ? Y-a-t-il des risques à intervenir ? A ne pas intervenir ?

Cette journée d'étude a été organisée par l’Unité Enfance en Danger (UED) de la Direction enfance et famille du Conseil général du Finistère.

Séjours de rupture, adolescents en crise, et cheminement des parents

Cette recherche s’intéresse aux séjours de rupture / distanciation dont bénéficient chaque année, dans le Finistère, environ 70 adolescents en grande difficulté. Ces derniers présentent le plus souvent des troubles de la conduite et du comportement, se trouvent en situation de décrochage scolaire et social, de manque de soin en santé mentale, et ont mis à mal leur environnement familial.

 Penser le projet de l’adolescent, et penser la place de la famille dans les séjours de rupture, nous renvoient au besoin de l’adolescent d’être en lien, soutenu par les figures parentales, tout en considérant que, précisément, l’adolescence constitue la période développementale qui vient opérer une séparation psychique, mais aussi physique avec les parents ; et l’expérience montre que, grâce à un accompagnement renforcé, l’adolescent peut accéder à un apaisement et à un cheminement vers la construction de sa propre personne  ; mais il importe de prendre davantage en considération la réflexivité, l’expression et l’accompagnement de ses parents afin de favoriser la dynamique de transformation des liens inter subjectifs dans la famille.

 Grâce à la coopération d’associations habilitées, et de l’observatoire de la protection de l’enfance en Finistère, l’enquête a été conduite auprès de 21 adolescents ayant bénéficié de séjours de rupture, et auprès de leur famille, afin d’apporter des références communes sur les pratiques professionnelles ; ceci en vue de développer la participation des adolescents aux décisions qui les concernent, et l’implication équilibrée de leur famille. La recherche s'est terminé par un temps de valorisation régional, en lien avec les organismes de formation.

Ont été étudiées différentes démarches d’accompagnement en séjour de rupture (démarche atypique de l’association Ribinad, démarche expérimentale de certains services de l’ASE du Finistère, et démarche plus classique qui, de fait, implique moins les familles), et les différentes stratégies observées chez les adolescents et les familles : idéalisation du retour mais rejet par la famille, stratégie de maintien de la distance par l’adolescent, posture familiale figée malgré les transformations de l’adolescent, adolescent parentifié…

 

Parcours des jeunes en séjour de rupture: la plus-value d'une prise en charge éducative atypique.

 

Cette étude a été réalisée dans le cadre d’un stage effectué au sein de la Direction de l’Enfance et de la Famille (DEF). La mission principale était de tenter de mesurer les effets des séjours de rupture sur les parcours des jeunes confiés à l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE). Nous avons proposé un regard analytique sur la « plus-value » de ce type de prise en charge atypique en identifiant les bénéfices, liés à ce séjour, les difficultés rencontrées au retour du jeune (pour lui, sa famille, les professionnels), les orientations préconisées à l’issue du séjour et les modalités d’accompagnements mises en œuvre.

Ce rapport n’est pas une évaluation des dispositifs proposant des séjours de rupture mais il s’agit d’un outil qui dresse un état des lieux sur ce type de prise en charge dans le parcours éducatif de ces jeunes.

Pour en savoir plus:

Parcours de placement: du simple lieu d'accueil...à la négociation d'une place dans une autre famille

En 2007, l'Atelier de recherche sociologique de l'UBO a été missionné par le Conseil général pour réaliser une étude sur le parcours de placement des enfants confiés à l'aide sociale à l'enfance. Ses objectifs :

  • Observer le dispositif d’aide sociale à l’enfance, les actions menées, en réponse aux questionnements des services et des élus.
  • Évaluer le parcours de placement des enfants confiés et en mesurer les effets.
  • Rechercher des éléments pour ajuster les actions au plus près des besoins des enfants.
  • Contribuer à enrichir les données nationales assez peu développées dans ce domaine.

Cette étude permet de mettre en évidence des constats qui sont à la fois éclairants sur le parcours de placement des enfants dans le Finistère, et en même temps qui ne sont pas propres au Finistère, mais ressentis par de nombreux acteurs de la protection de l’enfance en France. Ceux-ci regardent d’ailleurs de près ces travaux dont nous avons eu l’initiative. Ce type de recherche vient questionner nos façons d’intervenir, les conclusions peuvent en être difficiles pour les professionnels mobilisés au quotidien autour de situations complexes, et qui s’acquittent de leur tâche du mieux qu’ils peuvent : il est clair que donner la parole aux usagers de l’aide sociale à l’enfance, c’est mettre à jour des vécus souvent douloureux et une action publique qui peut être subie plus que désirée… mais c’est un éclairage indispensable pour avancer.
Pour diffuser les nombreux éléments de connaissance ressortant de cette étude, plusieurs initiatives ont été prises :

  • organisation d'un atelier de lecture partagée avec plusieurs types de professionnels
  • organisation de temps de retransmission avec le chercheur et des professionnels et élus
  • réalisation de supports de diffusion (synthèse, vidéo de témoignage, dessins symbolisant les parcours...)

L'objectif est bien entendu que la recherche soit au service de l'action concrète en direction des enfants et des familles.
Vous trouverez donc dans cette rubrique à la fois les documents de présentation de la recherche et une rétrospective sur les actions entreprises pour permettre une implémentation concrète des apports de celle-ci dans les pratiques.

Enregistrer en PDF Envoyer par courriel Haut de page

eZ Publish © Inovagora