(Aller à l'accueil)

Vous êtes dans : Observatoire départemental de la protection de l'enfance > Les ressources > Etudes en Finistère

Etudes en Finistère

Si les données chiffrées constituent un socle fondamental à tout observatoire, elles ne permettent en aucun cas de saisir l’ensemble des problématiques. L’analyse des phénomènes qui traversent la protection de l’enfance passe donc également par la réalisation d’études. Deux types de productions coexistent ici :

  • d’une part, les travaux de recherche élaborés sur la base d’une démarche scientifique de recherche (sociologie, histoire, économie…)
  • d’autre part, les études plus courtes et simples réalisées notamment dans le cadre de stages qui peuvent tout à fait éclairer de façon très pragmatique un sujet intéressant.

Il s'agit, dans tous les cas d'éléments qui mettent en lumière des problématiques sur le Finistère. Les travaux nationaux sont en effet déjà recensés par l'Observatoire national de la protection de l'enfance et accessibles sur son site internet ( www.onpe.gouv.fr )

L'Observatoire départemental de la protection de l'enfance: de la connaissance à l'action, un dispositif d'aide à la gouvernance d'une politique publique

Mémoire de Master 2- Spécialité Intervention et développement social- Direction et responsabilité de services et de projet s.

Laure KERDONCUFF PRIMOT

La politique de protection de l’enfance se décline en deux volets, la protection administrative placée sous l’autorité du Conseil départemental, et la protection judiciaire mise en œuvre par le juge des enfants.Les professionnels qui concourent à la mise en œuvre de cette politique publique sont d’horizons variés (personnels de l’animation, de l’Education nationale, médecins, personnels médicaux et para-médicaux, personnels de la police, de la gendarmerie, magistrats, travailleurs sociaux…). Alors comment le Conseil départemental peut-il être garant d’une cohérence du dispositif de protection de l’enfance à l’échelle de son territoire ? Comment l’Aide Sociale à l’Enfance s’organise-t-elle ? Quels sont les outils qui cimentent son intervention ? Qu’en est-il de la coordination de cette pluralité d’acteurs évoluant dans des secteurs si divers ? Afin de permettre au Conseil départemental, chef de file de la protection de l’enfance sur le territoire, de permettre aux différents acteurs de travailler en cohérence, le Président s’appuie sur un dispositif : l’Observatoire Départemental de la Protection de l’Enfance.

Image mémoire

La correspondance numérique dans les mesures de placement au titre de l'aide sociale à l'enfance

Equipe de recherche: Emilie POTIN, François SORIN, Gaël HENAFF, Hélène TRELLU, Pascal PLANTARD
Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Innovations Sociétales - Université de Rennes
Avec le soutien de l'Observatoire National de la Protection de l'enfance et de la Mission de recherche Droit et Justice

 

Mathis a 12 ans et il est placé en famille d’accueil. Le juge des enfants a fixé des droits de visite à ses parents à raison d’une visite par semaine en présence d’un tiers. A côté de ses rencontres, Mathis échange tous les jours 2 à 5 SMS avec sa mère.

Comment ces échanges numériques construisent le lien familial ? Comment sont-ils pris en compte par le juge? Par les professionnels en charge de l’accueil ? Par l’Aide sociale à l’enfance ?

La correspondance familio-numérique dans le secteur de la protection de l’enfance – et particulièrement dans les situations de placement – interroge les potentialités offertes par les médias socio-numériques dans la continuité du lien familial et les formes de régulation mises en oeuvre par les professionnels. Comment se construit et se régule, dans l’espace familial et institutionnel, l’autonomie permise par ces outils dans la gestion des liens sociaux et familiaux ?
 En interrogeant l’articulation entre médiation technique, autonomie et protection, le travail d’enquête s’est attaché à développer deux axes :
- La correspondance familiale numérique et le maintien des liens entre le mineur protégé et sa famille d’origine (parents, fratrie, famille élargie).
- La régulation de la correspondance numérique mise en place par les acteurs familiaux, professionnels et organisationnels (Justice et ASE) pour donner un cadre aux échanges.
 Qu’il s’agisse de l’équipement en outils numériques, de l’ouverture d’un espace socio-numérique ou des modalités d'usage de ces espaces, enfants, parents, membres d’une fratrie se saisissent des potentialités qui leur sont offertes pour « faire famille ».

La recherche montre comment la correspondance numérique déplace les territoires du lien grâce aux deux dimensions spécifiques aux dispositifs numériques : le caractère individuel et la mobilité. L’autonomie familiale se construit aux dépens du contrôle inhérent à la mesure de protection.
 L’espace de liens socio-numériques invite à déplacer les pratiques d’accompagnement et à reconsidérer les catégories classiques de régulation des liens notamment les droits de visite, d’hébergement et de correspondance car ce triptyque n’est plus opérant au vu de la diversité offerte par les technologies pour entrer en relation, partager son quotidien, suivre et alimenter
 une communication à distance.

 

Etude sur la connaissance des publics PMI du Finistère

Parmi les orientations du Projet de direction de la Direction de la Protection maternelle et Infantile du Finistère 2013-2017 est affirmée la nécessité d’identifier les attentes des publics en PMI afin d’adapter l’offre de service proposée. Ainsi , la DPMI a lancé, en partenariat avec le laboratoire d'études et de recherche en sociologie de l'UBO, une étude portant sur la « connaissance des publics PMI en Finistère ». Deux territoires d’étude ont été proposés : le secteur de Brest –Lambezellec et le secteur d’Audierne Douarnenez Pont l’abbé.  Un partenariat avec le Master Intervention et Développement Social de l'UBO  pour les années à venir doit permettre de développer une approche qualité et d’identifier  régulièrement l’évolution des besoins du public accueilli par la PMI pour poursuivre l’amélioration du service rendu.

Pour en savoir plus:

D'un écrit sur les familles à un écrit avec les familles, en protection de l'enfance? Exemple avec le Projet pour l'Enfant au Conseil général du Finistère

La participation des familles est souvent liée à l'affirmation: l'usager doit être acteur de son projet. C'est un concept qui émerge dans l'action sociale et notamment dans le domaine de la protection de l'enfance. On peut supposer que la finalité est d'envisager une ère de démocratie constructive, à savoir produire ensemble du commun. La loi du 5 mars 2007, impose aux Départements, "chefs de file " de a protection de l'enfance, la mise en œuvre d'un instrument co-construit: le Projet Pour l'enfant. Toutefois, cette coopération attendue ne va pas de soi dans un contexte sociale en pleine évolution tant au niveau des usagers que des institutions. En s'appuyant sur cet instrument, il s'agit de comprendre les effets de la production d'un écrit commun rédigé par les enfants, leurs parents et les intervenants du social. Cette étude a pour objectif d'analyser la dynamique de construction qui permet l'élaboration collective. Sommes-nous prêts à sortir de la relation d'assistance pour se rencontrer et élaborer autour d'une relation de co-construction?

 

 

Etude Régionale ARS: Jeunes et adolescents en difficulté nécessitant des prises en charge multiples et coordonnées

Suite à la publication du Projet régional de santé de Bretagne, les quatre Conseils départementaux bretons ont interpelé l’Agence régionale de santé sur la nécessité de prendre en compte les besoins de la population des adolescents en difficulté nécessitant des prises en charge multiples et coordonnées. En effet, l’accompagnement de ces jeunes qui nécessitent, outre un suivi social, des soins et/ou un accompagnement médico-social, interroge en effet les pratiques des Conseils généraux (via les équipes de l’ASE), mais aussi celles des établissements et services sociaux (MECS, AEMO…), des établissements et services médico-sociaux (ces jeunes peuvent être accueillis en ITEP mais également en IME ; ils peuvent également être accompagnés par des SESSAD) et des services de pédopsychiatrie et de psychiatrie. Il interroge surtout les modalités d’articulation entre ces différents acteurs dans le cadre des parcours des jeunes.L’ARS met alors en place un comité de pilotage (ARS / CD) et désigne un chef de projet. Un premier état des lieux est lancé avec pour objectifs de comprendre les problématiques rencontrées par les équipes de l’Aide Sociale à l'Enfance et d'objectiver la population; puis un second (CREAI)  afin d'identifier les points de blocage dans les parcours de jeunes, de recenser les ressources prenant en charge ces populations et, par territoire de santé, les instances de concertation et de coordination interinstitutionnelles et, enfin de formaliser des préconisations

 

 

 

Séjours de rupture, adolescents en crise, et cheminement des parents

Cette recherche s’intéresse aux séjours de rupture / distanciation dont bénéficient chaque année, dans le Finistère, environ 70 adolescents en grande difficulté. Ces derniers présentent le plus souvent des troubles de la conduite et du comportement, se trouvent en situation de décrochage scolaire et social, de manque de soin en santé mentale, et ont mis à mal leur environnement familial.

 Penser le projet de l’adolescent, et penser la place de la famille dans les séjours de rupture, nous renvoient au besoin de l’adolescent d’être en lien, soutenu par les figures parentales, tout en considérant que, précisément, l’adolescence constitue la période développementale qui vient opérer une séparation psychique, mais aussi physique avec les parents ; et l’expérience montre que, grâce à un accompagnement renforcé, l’adolescent peut accéder à un apaisement et à un cheminement vers la construction de sa propre personne  ; mais il importe de prendre davantage en considération la réflexivité, l’expression et l’accompagnement de ses parents afin de favoriser la dynamique de transformation des liens inter subjectifs dans la famille.

 Grâce à la coopération d’associations habilitées, et de l’observatoire de la protection de l’enfance en Finistère, l’enquête a été conduite auprès de 21 adolescents ayant bénéficié de séjours de rupture, et auprès de leur famille, afin d’apporter des références communes sur les pratiques professionnelles ; ceci en vue de développer la participation des adolescents aux décisions qui les concernent, et l’implication équilibrée de leur famille. La recherche s'est terminé par un temps de valorisation régional, en lien avec les organismes de formation.

Ont été étudiées différentes démarches d’accompagnement en séjour de rupture (démarche atypique de l’association Ribinad, démarche expérimentale de certains services de l’ASE du Finistère, et démarche plus classique qui, de fait, implique moins les familles), et les différentes stratégies observées chez les adolescents et les familles : idéalisation du retour mais rejet par la famille, stratégie de maintien de la distance par l’adolescent, posture familiale figée malgré les transformations de l’adolescent, adolescent parentifié…

 

Parcours des jeunes en séjour de rupture: la plus-value d'une prise en charge éducative atypique.

 

Cette étude a été réalisée dans le cadre d’un stage effectué au sein de la Direction de l’Enfance et de la Famille (DEF). La mission principale était de tenter de mesurer les effets des séjours de rupture sur les parcours des jeunes confiés à l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE). Nous avons proposé un regard analytique sur la « plus-value » de ce type de prise en charge atypique en identifiant les bénéfices, liés à ce séjour, les difficultés rencontrées au retour du jeune (pour lui, sa famille, les professionnels), les orientations préconisées à l’issue du séjour et les modalités d’accompagnements mises en œuvre.

Ce rapport n’est pas une évaluation des dispositifs proposant des séjours de rupture mais il s’agit d’un outil qui dresse un état des lieux sur ce type de prise en charge dans le parcours éducatif de ces jeunes.

Pour en savoir plus:

Les freins à l'accès aux droits des parents et des enfants dans le système de la protection de l'enfance

 

« Les freins à l’accès aux droits des parents et des enfants dans le système de la protection de l’enfance » : Il s’agit ici d’une synthèse ayant pour objectif de décrypter à travers les différents ouvrages, ce qui peut dissuader les personnes à solliciter de l’aide et à faire valoir leurs droits, pour mieux comprendre les freins et ainsi se donner les moyens de pouvoir les contourner.

Pour parvenir à un tel objectif, il a fallu examiner dans un premier temps quels types de droits étaient reconnus aux usagers du système de la protection de l’enfance, pour par la suite savoir si ces droits étaient réellement effectifs.

Cette synthèse révèle à quel point la question du droit en protection de l’enfance est indissociable de la question plus large de la reconnaissance des usagers et de la place qui leurs est faite dans le système de la protection de l’enfance…

Mémoire professionnel: La place des parents dans le cadre de la protection de l'enfance

Quelle place occupent les parents occupent-ils au sein du dispositif de protection de l'enfance? Les parents conservent-ils des droits malgré l'intervention du Juge des Enfants. Comment trouver un juste équilibre entre intérêt de l'enfant et droit des parents? Telles sont les questions auquel ce mémoire professionnel tente de répondre.

 

Pour en savoir plus:

Enregistrer en PDF Envoyer par courriel Haut de page

eZ Publish © Inovagora