(Aller à l'accueil)

Vous êtes dans : Observatoire départemental de la protection de l'enfance > Les projets et travaux en cours > Les Après'M de la protection de l'enfance > Archives Après'M 2011

Archives Après'M 2011

4 façons de vivre le placement de son enfant

Par sa recherche qualitative auprès d’une trentaine de parents dont l’enfant est confié, Régis SECHER fait apparaître 4 façons différentes de vivre le placement : en se révoltant, en dénonçant une situation abusive, en se résignant ou en acceptant la responsabilité. L’itinéraire de vie et les conditions d’existence constituent des éléments pour comprendre ces différences de point de vue. Mais Régis SECHER démontre surtout que le degré d’estime de soi, le sentiment de se sentir capable d’éduquer ses enfants et reconnu comme tel influe largement sur la perception du placement. Si les différences de points de vue sont marquées, tous les parents ont en commun la souffrance ressentie du fait de l’éloignement de l’enfant, et par l’expérience du rejet social. Quelles que soient leurs situations, ces parents aspirent à être reconnus.

Les rapports complexes entre parents et professionnels sont également évoqués dans cette étude pour essayer de comprendre la difficulté à dialoguer, et pour donner quelques pistes de réflexion afin de réduire la dichotomie entre intérêt de l’enfant et droits des parents.

L'adoption en question : quels risques ? comment les prévenir et accompagner les familles ?

Sandrine DECKENS, psychologue clinicienne au sein de l'association "enfance et famille d'adoption" est intervenue sur le thème des déterminants et de la prévention des difficultés suite à une adoption.

Peu d’études ont pour objet l’analyse des situations où enfants adoptés et parents adoptifs sont en extrême souffrance et confrontés à des situations familiales explosives qui conduisent parfois à un placement de l’enfant à l’aide sociale à l’enfance. En Finistère, l’étude menée par l’Unité adoption en 2009 , s’est intéressée au parcours de 32 enfants adoptés et placés à l’aide sociale à l’enfance. Sandrine DEKENS, dans son étude sur les troubles psychologiques présentés par les enfants ayant été adoptés à l’étranger par des familles françaises et au travers de ses interventions au sein d’Enfants en Recherche de Famille, démontre que même si en matière d’adoption, il n’est pas possible d’écarter définitivement tout risque d’échec, un certain nombre de précautions peuvent être prises.
Ainsi, l’enfant doit être juridiquement et psychiquement adoptable, le vécu et les caractéristiques de ce dernier doivent être évalués et accompagnés, tout comme les ressources et capacités parentales. Par ailleurs, l’élaboration du projet d’apparentement par les professionnels et les conditions de sa réalisation peuvent permettre de minimiser les difficultés que pourront rencontrer parents adoptifs et enfants adoptés.

La part éducative dans le travail de l'assistant familial

 

La loi de juin 2005 engageant plus avant les assistants-es familiaux-les dans un processus de professionnalisation a été vécue par les divers intervenants des services de l’aide sociale à l’enfance comme une reconnaissance. La question de savoir de quelles reconnaissances il s’agit et pourquoi certaines dimensions du travail des familles d’accueil restent encore peu visibles (comme la place des autres membres de la famille d’accueil, l’importance donnée aux affects dans les relations à l’autre, au groupe-famille) sera posée. Yvette GARNIER-MOULIN s’intéressera principalement aux pratiques éducatives que les assistants familiaux mettent en place et transmettent aux enfants qu’ils accueillent dans l’intimité de leur quotidien. Entre les héritages familiaux, les nécessaires adaptations à la situation spécifique de l’enfant accueilli et les attentes nouvelles du monde contemporain, quelles résistances, adaptations, transformations sont à l’oeuvre au sein de ces familles ? Au final, Yvette GARNIER-MOULIN démontrera  que, pour envisager de poursuivre le processus de professionnalisation entrepris et de prendre en compte la dimension sociale et  politique que revêt toute éducation, il convient de s’appuyer sur les capacités d’auto-formation et de formation par les pairs.

Enregistrer en PDF Envoyer par courriel Haut de page

eZ Publish © Inovagora