(Aller à l'accueil)

Vous êtes dans : Observatoire départemental de la protection de l'enfance > Les projets et travaux en cours > Les Après'M de la protection de l'enfance > Archives Après'M 2009 > Les jeunes en errance avec chiens : retour sur un parcours semé d'embûches

Les jeunes en errance avec chiens : retour sur un parcours semé d'embûches

Les jeunes en errance avec chien, une nouvelle forme de marginalisation : En pleine explosion depuis quelques années dans les villes de l'Hexagone, le phénomène des jeunes en errance avec chiens demeure encore assez mal maîtrisé par les décideurs et pose un certain nombre de problèmes aux travailleurs et structures sociales qui ne savent pas toujours comment y faire face (interdiction d'animaux dans les structures sociales qui engendre des problèmes de prises en charge des propriétaires concernés, méconnaissance cynotechniques des professionnels etc.).

Le chien comme élément structurant du groupe de jeunes errants :
Plus qu’un simple compagnon de route pour les jeunes en errance, le chien s’avère en fait être un support identitaire extrêmement fort, facilitant les contacts et cimentant les solidarités au sein du groupe des propriétaires de la rue.

Le chien : levier ou frein à l’insertion ?
Souvent envisagé comme un support affectif important dans le parcours du jeune en errance, la présence du chien peut également devenir un facteur supplémentaire d’exclusion pour ces propriétaires déjà fragilisés.

Une stigmatisation renforcée :
Dans le climat de suspicion accrue provoqué par la question des chiens dits « dangereux » (cf lois 2008), la présence de l’animal auprès des jeunes en errance devient un prétexte pour stigmatiser encore un peu plus une population dont la marginalisation parfois « exubérante » ne manque pas d’interpeller la population.

Enregistrer en PDF Envoyer par courriel Haut de page

eZ Publish © Inovagora