(Aller à l'accueil)

Vous êtes dans : Observatoire départemental de la protection de l'enfance > Evènements ODPE > EVENEMENTS PARTENAIRES > Colloque « Prévenir, repérer et accompagner les troubles causés par l’alcoolisation fœtale »

Colloque « Prévenir, repérer et accompagner les troubles causés par l’alcoolisation fœtale »

Du 9 janvier 2023 au 20 février 2023

La Direction de l’Enfance et de la Famille du Conseil départemental du Finistère a organisé, en lien avec SAF France, un colloque le 1er décembre 2022 : « Prévenir, repérer et accompagner les troubles causés par l’alcoolisation fœtale »

En effet le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) et les troubles causés par l’alcoolisation fœtale (TCAF) sont la première cause de handicap et d’inadaptation sociale non-génétique en France, devant l’autisme et la trisomie 21. Au

En France, on estime que 15000 enfants naissent par an avec le cerveau atteint de malformation en raison d’une consommation d’alcool durant la grossesse. 655 en Bretagne, dont 160 en Finistère.

Le SAF affecte 1 enfant sur 1 000. C’est la forme la plus sévère des conséquences de la consommation d’alcool pendant la grossesse. Elles peuvent être massives : retard de croissance, retard psychomoteur, malformations du visage, et troubles cognitifs majeurs. Le SAF est visible à la naissance, contrairement au TCAF.

Les autres TCAF touchent 1 enfant sur 100. Ils englobent de nombreux troubles dus à l’atteinte du cerveau. Ces troubles sont méconnus et rarement attribués à l’atteinte du cerveau par l’alcool durant la grossesse. Les enfants atteints ont des difficultés à maintenir leur attention donc à ne pas se laisser distraire et à apprendre à l’école du fait de troubles « DYS » (surtout la dyscalculie). Ces difficultés sont souvent associées à des troubles du comportement par défaut d’empathie, des troubles de l’autocontrôle et de la régulation des émotions à l’origine de leurs difficultés à s’adapter à la vie sociale.

Pour la grande majorité des enfants présentant des TCAF il n’existe aucune malformation physique, d’où le terme de handicap invisible. Malheureusement les troubles qu’ils développeront seront aussi graves que pour un SAF, mais ils seront plus difficilement diagnostiqués, personne ne pensant à les relier à une possible exposition prénatale à l’alcool.

Selon Denis LAMBLIN, Président de SAF France, « La France ne peut ignorer les dégâts de ce fléau, les souffrances engendrées dans les familles et chez les enfants atteints à vie par ce handicap ».

Programme colloque:

 

Nouveauté:

Cliquez pour suivre un enregistrement audio du colloque.

 

Enregistrer en PDF Envoyer par courriel Haut de page

eZ Publish © Inovagora